Quinzaine d’intérêts

Formule appartenant au vocabulaire de l’épargne, la quinzaine d’intérêts qualifie le mode de calcul généralement appliqué pour la détermination du taux de rémunération des livrets, avant que ceux-ci ne soient finalement capitalisés, chaque fin d’année, après que leur aient été retirés les cotisations sociales et le Prélèvement Forfaitaire Libératoire également prévus dans ce cas, l’intégration des revenus générés pouvant également venir remplacer cette dernière taxe.

Rendant plus judicieux d’effectuer les versements avant le 15 de chaque mois, ou avant le dernier jour de celui-ci, pour une production des intérêts dès le 16, ou le 1er du mois suivant, et d’adapter également la date des éventuels retraits en fonction de ces éléments, ce principe de la quinzaine est utilisé aussi bien dans le cadre des livrets réglementés, que pour les placements fiscalisés, facilitant donc grandement, aux usagers, la gestion de leur argent.

Consistant dans l’application du taux de rémunération affiché par la formule souscrite, sur le capital effectivement présent, avant que celui ne se soit divisé par le nombre de quinzaines restant à s’écouler jusqu’à la fin de l’année, cette période en comptant un total de 24, soit 2 par mois, des cotisations sociales de 13,5 % et un PFL de 24 % se trouvent ensuite être déduits des intérêts produits pour déterminer enfin le rendement effectivement versé.

Intégrés dans le calcul de l’impôt sur le revenu, ces gains peuvent alors, selon la situation du contribuable, échapper à cette dernière taxe, nécessitant alors d’étudier sérieusement le choix de cette option, qui peut alléger considérablement la fiscalité à laquelle est soumis le cumul de ces quinzaines d’intérêts, chaque 31 décembre, avant leur capitalisation.